Précédente

Un peu d'histoire

Mordus du tennis, promenez-vous un peu dans le quartier et vous constaterez que les courts de terre battue sont devenus une denrée de plus en plus rare. Bien sûr, les surfaces synthétiques ont le net avantage de ne pas demander d’entretien une fois construites. Mais les habitués de la terre battue vous diront qu'on y glisse naturellement et qu'on y risque moins de se blesser.

Dès le début des années trente, à l'angle du boulevard Décarie et de l'avenue Notre-Dame-de-Grâce, il y avait déjà trois terrains de tennis en surface naturelle, derrière le vieux Manoir. La construction d'un nouveau Manoir, en 1955, entraîne la démolition de ces courts. Cependant, à la suite des pressions des amateurs, on construit cinq nouveaux courts en terre battue. Malheureusement, 10 ans plus lard, les amateurs sont privés de leur sport favori. En effet, les surfaces sont transformées en «cour de récréation» au profit d'élèves du primaire dont les classes sont installées au Manoir.

Ce n'est qu'en 1978 que les cinq courts de terre battue revivent au même endroit, grâce à une entente entre la Ville de Montréal, nouveau propriétaire des lieux et George Bartha, professionnel de tennis. Cependant, en 1988, les besoins de nouveaux logements dans Notre-Dame-de-Grâce provoquent la disparition de deux courts pour faire place à des appartements adjacents. En 1988, la ville met fin au bail de George Bartha et confie l’administration des courts au Centre communautaire Notre-Dame-de-Grâce (CCNDG), un organisme sans but lucratif qui anime de nombreuses activités culturelles et sportives dans le quartier.

Le CCNDG comprend vite qu’il faut impliquer les amateurs les plus fidèles pour assurer le succès de l’entreprise. C’est ainsi qu’en 1989, un comité administratif est formé essentiellement de joueurs de tennis des environs et d’un représentant du CCNDG. On engage un professionnel chargé de la bonne marche des activités de la nouvelle saison. Plus d’une centaine de joueurs s’abonnent dès la saison 1989. Les tarifs sont modestes selon les vœux de la ville elle-même qui désire la participation du plus grand nombre possible de joueurs.

La direction a toujours comme objectif d'intéresser le plus de jeunes possible à la pratique de ce merveilleux sport. C'est pourquoi, au début de chaque saison, les parents sont invités à abonner leurs enfants, ce qui permet également à ces derniers de bénéficier de leçons à des tarifs réduits. Quant aux adultes, des leçons sont aussi disponibles sur demande. On offre aussi aux aînés des abonnements à tarif réduit. La direction organise chaque, saison des journées «portes ouvertes » à la mi-mai, au cours desquelles les intéressés peuvent jouer gratuitement pendant toute la journée.

D'autre part, plus tard dans la saison, a lieu la traditionnelle journée de tennis au cours de laquelle un lunch sur barbecue est offert (à prix modique). En août, il se tient le tournoi de double mixtes qui revêt un intérêt particulier.....

Bien sûr, les fervents de la compétition croisent également le fer dans les tournois annuels de fin de saison, dans toutes catégories.

La canicule et les vacances éloignent (parfois) les joueurs des courts. Par ailleurs, les mois d’août et de septembre sont particulièrement agréables pour la pratique du tennis en plein air. La direction offre des abonnements mensuels pour la modique somme de 75$. La saison dure jusqu’à la mi-octobre.

Amateurs de tennis, refaites surface à votre tour! Il ne tient qu’à vous d’assurer la pérennité de la terre battue à NDG en vous joignant au groupe des fidèles abonnés.



Ghislain Laroche (L’interligne, 1er août 1997)